Santé : Le port du masque serait dangereux pour les enfants ?

150 Views

Depuis le début de la crise sanitaire, le port du masque s’est généralisé partout et pour tout le monde. La psychothérapeute française Marie-Estelle Dupont alerte sur ses effets psychologiques dramatiques pour les plus jeunes et insiste sur l’importance d’y mettre immédiatement fin.

Selon la spécialiste, rien n’a prouvé que le masque à l’école diminuait les transmissions, d’autant que les enfants l’enlèvent à la cantine ou pour manger, et le touchent pour le réajuster, ne le changent pas forcément, voire se le prêtent. « Soyons honnêtes, même nous adultes le trouvons proprement insupportable pour se concentrer et discuter. Quel enfant le supporterait autrement que par une régression adaptative l’incitant à diminuer son traitement de l’information et son attention à l’environnement et à lui-même à un âge où il est supposé devenir conscient de son corps et apprendre à le maîtriser raisonnablement? Sans parler du climat de méfiance que cela instaure à un âge où la confiance en soi va de pair avec la confiance dans le monde. Sans parler de la culpabilisation qui pèse comme une épée de Damoclès, donnant un ton tragique et grave à chaque entrée à l’école. Quand on sait que l’anxiété et le stress sont corrélés négativement avec l’apprentissage, c’est un vrai pari sur l’avenir que l’on est en train de faire ! Les appels à la peur bien connus en psychologie de la santé publique constituent un risque de justification d’une mesure non seulement inutile mais contre-productive auprès des enfants, générant des problèmes de santé physique, psychique et sociale, cognitive et émotionnelle à court, moyen et long terme. »

Pour Marie-Estelle, « Masquer les enfants pour une maladie qui ne les concerne pas signifie notre défaite de la pensée et notre perte de dignité. Masqués, et pour cause, nous avons donc perdu la face dans cette histoire. On a renoncé à la liberté, à l’égalité et à la fraternité, notamment en masquant les enfants. Or on ne réussit que sur ses valeurs. Pas en imitant d’autres pays où tout est différent uniquement quand cela nous évite de nous remettre en question. Nous adultes sommes responsables de ces enfants. Ce ne sera jamais l’inverse. » En effet, Le un communiqué daté du 10 février 2021 du Collège de pédopsychiatrie rappelle les conséquences des mesures sanitaires sur les enfants et les adolescents : troubles du sommeil, du comportement, pleurs répétés, scarifications, retard de parole et d’apprentissage, anxiété et peur grandissantes, addictions, repli sur soi, symptômes dépressifs, somatisations, augmentation des violences intra familiales et des pensées suicidaires.

Pour les chercheurs, « Le développement physique, neurologique, cognitif, émotionnel, social d’un enfant exige autre chose que des journées masquées. » Une pratique qui a aussi des conséquences plus ou moins graves sur la santé physique des tous petits. « Le manque d’oxygénation et l’inspiration de CO2 dans le masque sont susceptibles par ailleurs de diminuer drastiquement les capacités du système immunitaire, entraînant à court terme maux de tête, fatigue, irritabilité et vulnérabilité physique et psychique. Les conséquences à long terme restent imprévisibles à ce jour »

Comme beaucoup d’autres médecins, la spécialiste estime qu’il est primordial de mettre en garde les autorités et les parents, sur les conséquences à venir de cette mesure de restriction chez les enfants. « Il en va de mon éthique professionnelle d’alerter sur les conséquences dramatiques d’une telle poursuite des mesures de port du masque chez les enfants. Qui ne dit rien consent, et je ne consens pas. »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans la même rubrique

Au top

EN FAMILLE

MONDE