Extrême-Nord : Plus de 378 000 élèves sans acte de naissance dans la région

40,88% de l’effectif d’inscrits au cycle primaire, soit environ 378 762 élèves dans la région de l’Extrême-Nord sont sans actes de naissance, rapporte le Média Mutations dans son édition du mercredi 19 août 2020, quelques temps après la célébration de la a troisième Journée africaine de l’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil.

« L’état civil est un service essentiel en situation d’urgence et chaque citoyen doit être informé sur les différents contours de la délivrance de ces documents dont l’importance n’est plus à démontrer. Pour le cas spécifique des actes de naissance par exemple, l’absence de ce document qui est un droit absolu de l’enfant entraine la déperdition scolaire et tous les désagréments que cela peut engendrer » explique Japonais Fils Tombalbaye, le chef d’antenne régionale du Bureau national de l’Etat civil (BUNEC), à l’occasion de la troisième Journée africaine de l’enregistrement des faits et statistiques de l’état civil.

Ainsi, malgré les efforts entrepris, le chemin est encore long concernant l’établissement des actes de naissances, en particulier dans la région de l’Extrême-Nord Cameroun. « Les attaques perpétrées par le groupe Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord et les perturbations socio politiques enregistrées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ont provoqué des déplacements internes des populations au Cameroun. », fait remarquer Alexandre Marie Yomo, le Directeur du BUNEC. Pour lui en effet, « les principaux défis du système d’état civil du Cameroun ont trait à sa sécurisation, à la simplification et la facilitation des procédures d’enregistrement, ainsi qu’à la production automatique des statistiques d’état civil ».

À cet égard, l’une des missions majeures du BUNEC est l’élaboration et la mise en œuvre du schéma directeur de l’informatisation du système national de l’état civil ; ce qui ne semble pas encore avoir été implémenté dans ces régions.

En effet, pour les populations de la ville de Maroua, les procédures de délivrance des actes d’état civil constituent un véritable calvaire, au-delà de l’ignorance de certaines d’entre elles de l’existence même ou de l’utilité de ce document. L’avènement du BUNEC a ainsi participé à lever le voile sur la nécessité à se faire délivrer ces documents. « L’acte de naissance garantit l’accès à l’identité, à la nationalité et aux services sociaux de base. L’acte de mariage atteste l’union entre deux époux et l’établissement des actes de décès rend efficace l’intervention de l’État en faveur des populations, en situation normale comme en situation d’urgence », a insisté le chef d’antenne régionale du BUNEC.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans la même rubrique

Au top

EN FAMILLE

MONDE