Célébration de la journée mondiale de la langue maternelle

C’est en novembre 1999 qu’a été déclaré la date du 21 février journée mondiale de la langue maternelle par l’UNESCO.

L’initiative de célébrer une Journée internationale de la langue maternelle vient du Bangladesh. Elle a été approuvée à la Conférence générale de l’UNESCO en 1999 et est observée dans le monde entier depuis 2000.

Il s’agissait pour l’institution de formuler l’importance des diversité culturelles et linguistiques pour des sociétés durables. C’est au sein de son mandat pour la paix qu’elle œuvre pour préserver les différences de cultures et de langues qui favorisent la tolérance, la diversité et le respect des autres.

Il est ainsi question de préserver la diversité des langues dont les implications complexes d’identité, de communication, d’intégration sociale, d’éducation et de développement, revêtent une importance stratégique pour les peuples et pour la planète. Du fait des processus de mondialisation, elles se trouvent désormais de plus en plus menacées, voire disparaissent complètement dans les régions du monde les moins conservatrices.

Selon les statistiques, 40% des habitants de la planète n’ont pas accès à un enseignement dans une langue qu’ils parlent ou qu’ils comprennent. Néanmoins, on constate des progrès dans le domaine de l’enseignement multilingue basé sur la langue maternelle, avec une prise de conscience croissante de son importance, en particulier pour les enfants d’âge préscolaire. Par ailleurs, d’autres efforts sont faits sur le plan académique, universitaire notamment dans certains pays où des filières de langue maternelles sont ouvertes afin de former les futurs enseignants de ces langues, en plus de l’engagement en faveur de son développement dans la vie publique.

L’UNESCO réaffirme ainsi à cette même date chaque année, son engagement en faveur de la diversité linguistique et invite ses États membres à célébrer la journée dans autant de langues que possible afin de rappeler que la diversité linguistique et le multilinguisme sont essentiels pour le développement durable.

Le 16 mai 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies, dans sa résolution 61/266, avait « demandé aux États Membres et au Secrétariat d’encourager la conservation et la défense de toutes les langues parlées par les peuples du monde entier ». Les questions de langue étant au cœur du mandat de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation, des sciences, des sciences humaines et sociales, de la culture ainsi que de la communication et de l’information, l’Organisation a été nommée organisme chef de file pour la célébration de cet événement.

La célébration de cette journée permet ainsi non seulement d’attirer l’attention sur les questions linguistiques mais aussi de mobiliser des partenaires et des ressources pour appuyer la mise en œuvre des stratégies et politiques en faveur de la diversité linguistique et du multilinguisme dans toutes les régions du monde.

Il faut donc préciser que les langues jouent un rôle déterminant dans le développement ; qu’il s’agisse de la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel, du renforcement de la coopération, de la construction des sociétés du savoir intégratrices, de la préservation du patrimoine culturel ou encore de la mobilisation de la volonté politique pour appliquer les acquis des sciences et technologies au développement durable.

« En rapprochant  ses  locuteurs,  en  leur  permettant  de  s’  épanouir dans des horizons communs, les langues maternelles sont en effet une source  d’inclusion  sociale,  d’innovation  et  d’imagination ;  elles  sont  aussi une respiration pour la diversité culturelle et un instrument de paix. », affirme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, à l’occasion de cette journée.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans la même rubrique

Au top

EN FAMILLE

MONDE