Allaitement maternel : le plaidoyer de l’Oms et de l’Unicef

Dans une déclaration conjointe datée du 02 août, Enrieta Fore, Directrice générale de l’Unicef et Dr Tedros Adhanon Ghebreyesus, Directeur général de l’Oms, communiquent sur les avantages de l’allaitement maternel et les recommandations à raviver pour renverser la malnutrition chez les enfants.

« Le démarrage de l’allaitement maternel dans l’heure qui suit la naissance, puis l’allaitement exclusif les six premiers mois et sa poursuite jusqu’aux deux ans de l’enfant, voire plus, offrent un moyen exceptionnel pour prémunir les enfants contre toutes les /ormes de malnutrition, y compris contre l’émaciation et l’obésité. Le lait maternel fait également office de premier vaccin pour le nourrisson, car il le protège contre de nombreuses maladies infantiles courantes », lit-on à l’entame du document parvenu à la rédaction du Messager.

A en croire les deux signataires, il s’agit de préciser les avantages du lait maternel dans la croissance de l’enfant aux gouvernements, donateurs, société civile et secteur privé. Malgré les combats menés pour rehausser les pourcentages d’allaitement maternel dans le monde à 50%, la pandémie de la Covid-19 est venue ralentir les taux de progression.

« Dans de nombreux pays, la pandémie a fortement perturbé les services de soutien à l’allaitement, tout en augmentant le risque d’insécurité alimentaire et de malnutrition », soulignent-ils.

Protéger les mères

Par conséquent, la semaine de l’allaitement maternel qui se célèbre du 1er au 7 août 2021 surle thème : « protéger l’allaitement maternel, une responsabilité partagée»,offre l’opportunité de redéfinir les actions à mener sur le chantier de l’allaitement maternel dans le monde.

L’Unicef et l’Oms entendent implémenter une batterie de mesures à prendre : « La création d’environnements propices à l’allaitement maternel pour les mères et les bébés, notamment en : garantissant que les gouvernements, les agents de santé et l’industrie se conforment pleinement au Code international de commercialisation des substituts du lait maternel visant à protéger les mères contre les pratiques agressives de commercialisation employées dans l’industrie des aliments pour nourrisson ;

veillant à ce que les agents de santé disposent des ressources et des informations nécessaires pour soutenir efficacement les mères qui allaitent ; s’assurant que les employeurs ménagent du temps et prévoient un espace pour que les mères puissent allaiter, notamment par le biais de l’instauration d’un congé parental rémunéré et de l’allongement du congé maternité ; de la création d’endroits permettant d’allaiter en toute sécurité sur le lieu de travail ; de ta disponibilité de services de garde d’enfants abordables et de qualité ; ainsi que du versement de prestations universelles d’aide à l’enfance et d’une rémunération adéquate», ont-ils ajouté.

L’Oms et l’Unicef invitent par conséquent, les donateurs, la société civile et le secteur privé à se mettre en œuvre pour construire le projet mondial d’allaitement maternel.

« À t’approche du Sommet des Mations Unies sur les systèmes alimentaires prévu en septembre et du Sommet de la nutrition pour la croissance qui se tiendra à Tokyo en décembre, les gouvernements, les donateurs, la société civile et le secteur privé ont l’occasion, ensemble, de formuler des engagements constructifs et de réaliser des investissements judicieux pour mettre fin à ta crise mondiale de ta malnutrition en renforçant les politiques, les programmes et les actions visant, entre autres, à protéger, à promouvoir et à soutenir l’allaitement maternel » ont-ils recommandé.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans la même rubrique

Au top

EN FAMILLE

MONDE