Gabon: une femme assassine les deux enfants de sa coépouse

Deux enfants âgés de 4 et 5 ans sont morts de la main de la deuxième femme de leur père, à Bitam, une ville située dans la province gabonaise du Woleu-Ntem.

A peine 30 kilomètres séparent Bitam de la frontière camerounaise. Une proximité qui permet d’immigrer facilement de l’un ou de l’autre côté de la frontière, comme cette mère camerounaise de 27 ans qui vient de perdre ses deux enfants, tous deux victimes de la deuxième femme de son mari, pourtant plus jeune.

La jeune gabonaise âgée de 20 ans, aurait tué mardi dernier, les deux enfants de sa rivale, tout juste âgés de 4 ans et 5 ans.  Les dépouilles des deux victimes ont été retrouvés dans une rivière de la localité, à 40 km de Bitam, dans l’un des sites de la société Olam.

Aux alentours de 15 h ce jour-là, la police judiciaire a été informée de la disparition mystérieuse de deux jeunes garçons, Désiré et Alivin, âgés respectivement de 4 ans et 5 ans, ce qui a mené à la découverte macabre.

Après investigation, il a été mis en avant Morelle, une jeune femme de 20 ans vivant en concubinage avec un certain Asseko, ouvrier agricole et une autre de ses concubines, Ombou C. de nationalité camerounaise, mère des deux enfants assassinés.

Selon les témoignages, les concubines vivaient depuis quelques jours des tensions dans la maison, ce qui aurait conduit la suspecte à agir par colère ou jalousie.

En reconstituant les faits, Morelle aurait été aperçue aux environ de 7 heures du matin par plusieurs riverains avec les enfants de sa rivale, près d’un bassin versant aménagé par la société Olam. La jeune femme serait allée d’elle-même faire une déposition à la gendarmerie sur la disparition des deux enfants de sa rivale ; chose qui a poussé les gendarmes à s’intéresser à elle.

Autour de 15 h et sous la pression de l’interrogatoire, Morelle craque et avoue que les enfants l’ont suivi à la rivière, pendant qu’elle allait cueillir quelques herbes pour soigner son bébé. D’après sa version, les deux enfants auraient profité de son inattention pour prendre une petite barque, avant d’être amenés au loin par le cours d’eau. Elle aurait tenté de les sauver, mais en vain, avant de mourir noyés dans le cours d’eau.

Néanmoins, des traces retrouvées au niveau du cou des enfants vont balayer sa version des faits. En effet, s’étant rendus sur les lieux, la police judiciaire et la gendarmerie ont retrouvé les babouches des enfants dans la rivière. Une perquisition faite dans les appartements de la prévenue, a ensuite permis de retrouver une robe noire trempée d’eau, la même que celle décrite par les témoins qui l’auraient aperçu plus tôt en compagnie des enfants.

Selon les précisions du médecin légiste, le plus jeune a été étranglé, d’après les traces observées niveau du cou. De plus, il n’avait pas d’eau dans l’estomac. Le deuxième enfant quant à lui, aurait été sciemment noyé.

Une enquête a été ouverte et la présumée coupable est actuellement détenue dans les locaux de la police judiciaire de Bitam.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Dans la même rubrique

Au top

EN FAMILLE

MONDE