Greta Thunberg, l’héroïne du climat

0
67

A l’heure où les changements climatiques se font de plus en plus ressentir, les jeunes sont de plus en plus conscients de l’enjeu pour la planète et s’engagent dans un combat destiné à faire pencher la balance écologique;  c’est le cas de Greta Thunberg, l’héroïne du climat.

Le dernier rapport de la commission formée par l’OMS, l’UNICEF et The Lancet soulignait l’urgence pour tous les pays de s’intéresser davantage aux changements climatiques qui menacent l’avenir des enfants de la planète. Pour préserver leur avenir, les jeunes s’impliquent un peu plus chaque jour dans la sensibilisation sur les effets du réchauffement climatique sur la planète et donc l’avenir des générations futures ; c’est dans ce cadre que la suédoise Greta Thunberg, l’héroïne du climat s’est particulièrement illustrée.

La jeune militante écologiste s’est fait remarquer en été 2018, lorsqu’elle protesta devant le Parlement suédois, à l’âge de 15 ans, contre l’inaction face au changement climatique. En novembre 2018, elle lance la Skolstrejk för klimatet (« grève scolaire pour le climat »). Le mouvement se propage dans le monde entier après son discours à la conférence de Katowice de 2018 sur les changements climatiques (COP24), en décembre de la même année. Elle y faisait part de ses craintes concernant la menace du climat : « Ce que nous espérons atteindre par cette conférence est de comprendre que nous sommes en face d’une menace existentielle. Ceci est la crise la plus grave que l’humanité ait jamais subie. Nous devons en prendre conscience tout d’abord et faire aussi vite que possible quelque chose pour arrêter les émissions et essayer de sauver ce que nous pouvons. », avait-elle déclaré.

L’égérie du climat tient toujours des propos durs à l’endroit des Etats qu’elle accuse de violer constamment les droits des enfants en constituant une menace de plus en plus importante pour le climat. Bien que les dirigeants du monde aient signé la convention internationale des droits de l’enfant il y a 30 ans, par laquelle ils s’engagent à protéger la santé et les droits des enfants, « ils n’ont pas tenu leurs engagements», a-t-elle déclaré, en marge du sommet sur le climat de l’ONU lors duquel elle a à nouveau dénoncé l’inaction des dirigeants face à l’urgence climatique.

L’année dernière, Greta Thunberg et 15 jeunes intentent une action juridique contre 5 pays considérés comme de grands pollueurs. Cette plainte inédite, déposée par 16 jeunes âgés de 8 à 17 ans et venus de 12 pays, avec l’aide du cabinet international d’avocats Hausfeld et le soutien de l’Unicef, vise cinq pays pollueurs – la France, l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil et la Turquie. Ils dénoncent ainsi à travers cette procédure l’inaction des dirigeants comme une atteinte à la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant.

Les cinq pays visés par la plainte font partie de ces 44, figurent parmi les grands pollueurs de la planète, et sont influents au sein du club des pays riches du G20. Ce qui leur a valu d’être épinglés, plutôt que les Etats-Unis, la Chine ou l’Inde, plus gros émetteurs au monde, qui eux n’ont pas ratifié ce protocole.

Greta a très souvent été la cible d’attaques et de propos blessants destinés à la décourager, la désengager de son combat. Mais la jeune suédoise n’en démord pas, convaincue que ces attaques sont la preuve qu’elle est sur la bonne voie. Elle est régulièrement la cible de dirigeants ou de l’industrie pétrolière, dont elle n’hésite pas à dénoncer les répercussions sur l’environnement. D’ailleurs Il y a à peine quelques jours, un logo représentant Greta Thunberg se faisant agresser sexuellement a été diffusé par une compagnie pétrolière canadienne; une attaque qu’elle a considéré comme étant le signe que l’industrie pétrolière était désespérée.

« Dans moins de trois semaines, nous entrerons dans une nouvelle décennie, une décennie qui va définir notre avenir », avait-t-elle lancé en décembre dernier devant une foule d’étudiants, venue soutenir la Marche pour le climat organisée à Turin, dans le nord-ouest de l’Italie, sur une place battue par la neige et le vent. « Ce n’est pas juste que les vieilles générations transfèrent la responsabilité de résoudre la crise aux jeunes qui ne sont pas à l’origine de cette situation », avait-elle ajouté en déclarant par la suite que 2020 sera « l’année de l’action ».

Consciente de l’urgence d’agir en faveur de la préservation du climat, la jeune héroïne continue contre vents et marées son combat contre les gouvernements et l’industrie pétrolière pour qu’ils prennent à leur tour conscience de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique provoqué en grande partie par l’exploitation et l’utilisation abusives des énergies fossiles; elle les appelle ainsi à chacune de ses allocutions à prendre leurs responsabilités. Une véritable source d’inspiration pour la nouvelle génération qui prend à sa suite un peu plus conscience chaque jour de l’importance de ce combat.