Drame de Nkolbisson : Impuissante et triste, la mère du jeune meurtrier témoigne

0
190

Tristement célèbre pour avoir tué son professeur, Brice Nogosso Bissé n’a pas toujours été comme ça. En effet, dans son quartier beaucoup de ses voisins clament qu’il s’est complètement métamorphosé depuis deux ans. Selon la mère de Brice, son fils prenait des stupéfiants.

La maman de Brice assume seule le rôle parental, pas d’homme qui l’aide. Le père du jeune a démissionné depuis des années. C’est donc dans un environnement de vie modeste, que la mère du jeune garçon de 17 ans occupe le premier appartement d’une maison au quartier Yomaba à Yaoundé. Elle y vit avec ses deux petits-enfants et le fils devenu incontrôlable. « Des herbes, de la drogue…c’est ça qui tue mon fils. Parce que quand il commencé à prendre ça il a changé » raconte la mère de Brice, déboussolée par cette histoire.

Cependant au quartier d’aucuns se souviennent de ce jeune homme docile et serviable dans l’enfance, qui s’est complètement métamorphosé « depuis deux ans, trois ans là son comportement a changé. Il est devenu agressif. On essaye de le ramener, mais ça n’allait pas … il n’écoutait personne » témoigne Eugene Andela, chef de bloc 4 quartier Oyomabang.

Face à cette situation et ayant pitié de la mère, des responsables du quartier se sont penchés sur son cas et tous sont unanimes sur le fait que Brice consomme des stupéfiants. « Il prenait des stupéfiants car dans son sac d’école on en a retrouvé » explique le chef de bloc. Les jeunes du quartier plus âgés que lui pensaient que seule la bastonnade serait la solution « on a eu à taper Brice entre 15 et 20 coups » explique un voisin.

Les premiers effets de cette thérapie se font vite ressentir. En effet, après les coups reçus le jeune Brice Bissé est allé demander pardon à sa mère « Il s’est mis à genoux et il m’a dit, maman je suis venue pour demander pardon, pardonne-moi avec tout le mal que je te faisais et les mauvaises choses que j’ai faites… donc aide moi a changé » a expliqué la maman du jeune meurtrier.

Mais hélas !  C’était juste un leurre. En effet, quelques jours après le jeune délinquant retourne à ses activités néfastes jusqu’au jour où il a atteint le sommet en tuant son professeur.

Actu Cameroun